Heliophanus cupreus (Walckenaer, 1802)

L’espèce atteint la taille de 4 à 6 mm pour les femelles et 3,5 à 4 mm pour les mâles. La coloration générale est sombre. Chez la femelle, quatre macules bien marquées ornent l’abdomen. Trois lignes blanches dont une principale est bien visible entre les yeux postérieurs. Les palpes sont jaunes vifs et les pattes sont bruns-jaunes. Une ligne noire s’étend à l’intérieure des fémurs, patelles et tibias. Certains spécimens montrent de fortes iridescences sur l’abdomen donnant de jolis reflets bronzes. Cette caractéristique des soies est d’ailleurs nettement plus visible chez le mâle. Chez le mâle, la coloration générale est sombre et il n’a pas de taches blanches. Les pattes sont plus sombres que chez la femelle et présentes de jolies soies blanches sur leur partie extérieure. Les fémurs sont noirs. Les pédipalpes sont entièrement noirs avec parfois quelques soies blanches sur leur face. Selon l’angle de vue, la forme de l’apophyse fémorale et du tibia, caractéristique de l’espèce facilite l’identification à vu du mâle. (voir ici).

Cette espèce commune se rencontre dans toute l’Europe et elle est largement représentée en France. J’ai pu l’observer dans les départements de Vendée (85), Loire Atlantique (44) et Maine-et-Loire (49) chaque année ainsi que dans les Hautes Alpes (05). Une espèce que l’on trouve sans même la chercher ! L’espèce fréquente différent habitat mais se tient essentiellement sur le bas des plantes et buissons en bordure de friche, haies de jardins ou parterre de fleurs. Il arrive parfois de faire des observations sur les écorces, en lisière de forêt ou sur les pelouses pas trop sèche. J’ai également pu observer à de nombreuses reprises Heliophanus cupreus sur le littoral en dune fixée accolée aux forêts de pins.

Cette espèce s’identifie facilement à vue. Les traits noirs qui traversent sur la longueur les pattes claires, les 4 macules bien marquées sur l’abdomen et la ligne blanche sur le céphalothorax entre les yeux postérieurs facilitent son identification. Cependant, dans quelques cas, les lignes noires et les macules blanches de l’abdomen sont absentes ou trop peu marquées pour être interprétées. Par conséquent, Heliophanus flavipes vient jouer les troubles fêtes. Une identification sous loupe binoculaire peut alors devenir indispensable pour confirmer l’espèce.

  • Lieu d'observation : Pays de la Loire (85-49-44), Hautes Alpes (05)
  • Habitat : Friches, jardins, pelouses, dunes
  • Matériel : Canon Eos 5 d Mark II - Canon 100 mm macro f/2.8
  • Année : 2013, 2014, 2015, 2016
  • Discusssion : http://bit.ly/2bGJFwy
  • ,

Répondre