Sminthurides cf. aquaticus var. levanderi (Bourlet, 1842)

Ce collembole vit sur l’eau et proche des rives. Sa taille est minuscule avec moins d’un millimètre pour cette femelle. Le mâle est encore plus petit et je n’ai pas encore eu l’occasion de l’observer. La prise de vu que j’ai réalisé est grossi à environ 6x et l’image est croppée avec une sensibilité ISO à 1600 plus un peu de flou de bougé qui explique ce bruit dans l’image ! J’espère avoir l’occasion de refaire des photos de cette bestioles même si ce n’est pas évident de manipuler le mp-e 65 mm + bagues à 3-4 cm de l’eau !

Cette bestiole est incroyable car elle supporte des températures très basses. A l’occasion de ces prises de vue, l’eau du bassin était encore gelée par endroits avec une épaisseur de deux centimètres environ et la température extérieur entre 7 et 10°C.

Cette variété à la particularité d’avoir une coloration rappelant la lavande. L’espèce « originale » est quant à elle quasi blanche nacrée parfois tirant sur le jaune. Une autre variété est connue sous le nom var. viridulus.

Cette espèce est connue d’Europe. J’ai observé et photographié cette espèce le 29/01/2017 dans un bassin d’ornement riche en faunes et flores. Ils se tiennent à la surface de l’eau directement ou sur les plantes aquatiques affleurant la surface et les rochers ou berges. dans le cas présent il s’agit de Myriophyllum aquaticum. J’ai égfalement photographié une femelle à Cholet au Lac de Verdon

Ce spécimen montre des caractéristiques physiologiques qui correspondent bien à l’espèce Sminthurides aquaticus mais les photos ne détaillant pas correctement certains traits je maintiens un confer de sécurité. La classe des Collembola (Collemboles) appartient à l’embranchement des arthropodes et au sous-embranchement des hexapodes. Pour résumer, ils ne sont ni insectes, ni crustacés, ni arachnides. Ils possèdent six pattes et une paire d’antennes. Leur croissance passe obligatoirement par des mues tout au long de leur cycle de vie.

Répondre