Pellenes nigrociliatus (Simon, 1875)

Je vous propose ici une femelle de l’espèce qui présente une coloration majoritairement noire et blanche avec un motif abdominal composé de bandes blanches. On peut toutefois observer des squamules (soies) rousses autours des yeux et un bandeau facial ainsi que des palpes de couleur blanche à crème. Les pattes sont marron à noires et s’éclaircissent légèrement vers leur extrémité. Elles sont plus ou moins parsemées de soies blanches selon la maturité de l’araignée. Cette femelle a été mesurée à 4,50 mm et généralement la taille des femelles de cette espèce est comprise entre 4 à 5 mm.

La répartition géographique de cette araignée s’étend sur la moitié sud de l’Europe et se prolonge au sud de la Russie. En France, cette espèce méridionale est principalement connue du pourtour méditerranéen et à l’ouest le long de la façade atlantique. J’ai observé plusieurs spécimens de cette araignée dans le département de l’Isère (38) à Notre-Dame-de-Commiers.

Elles étaient au pied d’un coteau fortement ensoleillé. La végétation était clairsemée et le sol constitué d’un éboulis de galets. Chacun des spécimens était abrité dans une coquille d’escargot vide suspendu par des fils de soie comme le montre la photo.

Les mâles que je n’ai pas encore observés atteignent une taille de 3 à 4 mm. Leur coloration générale est noire avec un motif abdominal proche de la femelle. Le bandeau est différent et forme une alternance de ligne de soies blanches. Les palpes sont noirs et seulement la partie supérieure est ornée de soies blanches. La paire de pattes I est plus massive et les fémurs sont rougeâtres.

Le genre Pellenes hiverne souvent dans les coquilles d’escargots vides et particulièrement cette espèce. En effet, les juvéniles hivernent à l’intérieur en attendant les beaux jours. Les femelles se protègent également à l’intérieur des coquilles et y pondent leurs œufs. Il serait probable de trouver les mâles dans les mêmes conditions vers avril ou mai mais je n’ai pas eu l’occasion de retourner sur le site dans ces périodes là.

Plusieurs espèces appartenant au genre Pellenes peuvent se confondre et particulièrement avec P.brevis.

Le spécimen photographié a été identifié sous loupe binoculaire [1]

Répondre