Marpissa muscosa (Clerck, 1757)

Cette espèce est l’une des plus grandes de la famille et également très commune comme beaucoup de Salticidae (une fois qu’on sait où chercher !) Le mâle peut atteindre une taille de 6 à 8 mm et la femelle 8 à 11 mm. La coloration générale est brune à grise et le motif abdominal est composé de triangles, traits et points qui leur confèrent un motif idéal pour passer inaperçu sur les écorces d’arbres. La femelle est facilement reconnaissable grâce à son bandeau orange et ses lunettes rousses. Le mâle est généralement plus foncé et se reconnaît par l’absence de bandeau orange ainsi qu’aux palpes fortement bombés (sujets matures).

Cette espèce se distingue assez facilement sans examen sous loupe binoculaire. Elle peut avoir quelques similitudes avec Marpissa radiata mais en comparant le motif abdominal on arrive normalement facilement à séparer les deux espèces. L’habitat varie également entre les deux espèces.

La répartition géographique de cette araignée s’étend sur tout le continent européen, on parle d’espèce paléarctique. L’espèce est toutefois localisée et lorsqu’on trouve une station on peut l’observer en grand nombre. En France, cette espèce semble moins présente dans le sud.

J’ai observé plusieurs spécimens mâles, femelles et juvéniles de cette araignée dans le département de la Vendée (85). J’ai pu observer les araignées en lisière de forêt la plupart du temps aussi bien sur les troncs ou murets exposés au soleil. J’ai également pu en trouver sous les écorces ou les fissures de piquets de clôture et sur des feuilles d’iris en milieu semi-ouvert. J’ai aussi vu des juvéniles dans des feuilles de roseaux enroulées avec leurs cocons de soie pensant de prime abord avoir trouvé M.radiata qui fréquente plus souvent les roselières en zones humides. Un bon indice pour les trouver : observer la présence de cocons de soie ovale et relativement plat d’un diamètre d’environ deux centimètres.

Je vous propose de découvrir une petite video d’un mâle et d’une femelle trouvés sur les murets d’un pont de pierre au cœur de la forêt de Mervent. Il s’agit d’un premier essai.

Répondre