Née au Sud
» » » Née au Sud

Née au Sud

Posté dans : Salticidés | 0

À la mi-mai, j’ai trouvé un coin prometteur du côté de Doué la Fontaine avec une belle découverte chez les araignées sauteuses. Ce petit mâle de 3 à 4 mm est plutôt rare et connu essentiellement du Sud de la France et du pourtour méditerranéen. Au premier abord, j’étais étonné de pouvoir trouver cette espèce aussi haut dans le territoire même si on sait qu’un certain nombre d’espèces méridionales voient leur population s’étendre vers le Nord, en remontant entre autres, le long de la façade atlantique. En discutant de ce point sur le forum des insectes.org, j’ai tout de même eu l’information issue des travaux de Simon que l’espèce était inventoriée en 1880 en Région parisienne ! Finalement, cette information donnait déjà une perspective « normale » à mon observation dans le Maine-et-Loire. En fouillant un peu, le web à la recherche de données récentes pour Neaetha membrosa, je suis tombé sur une liste des arachnides de la Gretia mise à jour en 2011 où il faisait mention de Neaetha membrosa. Cette liste reprend les données officielles des inventaires d’arachnologies des Pays de la Loire ! C’est-à-dire la Loire Atlantique, la Vendée, le Maine-et-Loire et la Mayenne. En l’occurence, l’observation était donnée pour le Maine et Loire ?!!

Voilà une information de premier ordre pour situer un peu plus l’intérêt de mon observation et qui casse immédiatement certains à priori (notamment les miens) sur la possibilité de trouver cette espèce dans la moitié nord du pays. Je ne cache pas qu’être le premier à donner une observation rare ou nouvelle sur son département est tout de même plaisant. Ce ne sera pas pour celle-ci ! J’ai ressenti un peu de déception évidemment mais elle a vite été atténuée par le plaisir de cette observation et des photos réalisées. Cela sert également de rappel, car avant de tirer des conclusions hâtives, il faut consulter un maximum d’informations reprenant les données d’inventaires arachnologiques les plus récentes couplées aux anciennes études réalisées par des entomologistes de renom. Néanmoins, c’est une belle découverte pour moi mais qui après réflexion n’est peut-être pas si surprenante que ça car cette espèce n’est pas endémique en France. Si elle est bien connue du pourtour méditerranéen, allant de la Corse à la Grèce en passant par l’Italie et la Sicile, selon Araneae Unibe, l’espèce aurait franchi les Alpes et serait officiellement inventoriée en Suisse et en Allemagne. Cette espèce comme beaucoup d’espèces méridionales serait probablement en expansion vers le Nord.


Il n’y a pas eu d’autres données officielles depuis 2010 pour le Nord-Ouest de la France (sauf avis contraire). Il serait intéressant de prospecter d’autres habitats un peu similaires dans les départements voisins. D’ailleurs, le type d’habitat est également sensiblement identique avec celui de la Lozère où j’avais trouvé un premier mâle en 2014. C’est peut-être un bon indice pour de futures prospections. Sur le site de Doué la Fontaine, j’ai pu observer deux mâles adultes et un juvénile probable vu les critères morphologiques mais toujours pas de femelles en vue. La saison n’est plus aussi favorable pour la découvrir et il faudra sûrement miser sur le mois de septembre ou le début du printemps prochain. Sa couleur et sa petite taille lui offrent un avantage incontestable pour se camoufler dans les éboulis rocheux ! J’ai hâte de pouvoir retourner sur le site prospecter et photographier une femelle de cette espèce très discrète.

Répondre